Le temps d'un verre | Maryline Demandre

Auteur : Équipe Boire

Marilyne Demandre est co-fondatrice d’Invasion Cocktail, un festival d’une semaine qui célèbre le meilleur de la mixologie à Montréal et à Québec. Pierres-Yves l’a rencontrée pour parler du passé, du présent et du futur de la mixologie.

PY : C’est quoi ton background ? Comment as-tu plongé dans l’univers des cocktails ?

Marilyne : Mon background, à la base, c’est la communication. J’ai travaillé 10 ans en agence dans le domaine des vins et des spiritueux et j’ai développé un réseau dans l’industrie. Par la suite, je me suis occupée de la marque Pineau des Charentes : j’ai organisé beaucoup d’événements, pour eux.

PY : Qu’est-ce qui t’a poussé dans l’aventure Invasion Cocktail ?

Marilyne : Ça a commencé avec un « coup de foudre professionnel » avec Pierre-Olivier Trempe, fondateur de la compétition Made With Love. On s’est rencontré, on a cliqué, on a eu l’idée. Avec mon expérience en événementiel, mon background en communication et ma passion pour les cocktails, on s’est dit que ça pourrait bien rallier les trois !

PY : Invasion Cocktail, c’est un entrepreneuriat à deux ? Comment vous divisez-vous le travail ?

Marilyne : À vrai dire, maintenant on a toute une équipe derrière nous. À la première édition, on était trois à travailler. À la deuxième année, un peu plus. Et là, j’ai au moins 6 ou 7 personnes pour m’aider. Il y a des ambassadeurs, qui font le relais avec les bars et les restaurants, une gestionnaire de communauté, une coordonnatrice, une spécialiste des relations publiques et quelqu’un qui aide à la logistique.



PY : Est-ce que l’événement s’adresse surtout aux gens de l’industrie, ou le grand public y trouve sa place ?

Marilyne : Il y a deux volets à l’événement. Il y a le côté « grand public », avec des cocktails à découvrir dans les bars et des événements, puis il y a un deuxième côté « professionnel », avec une journée de séminaires pour les barmen. C’est aussi une journée de réseautage — ce qui n’existait pas dans l’industrie — pour faire le maillage entre les nouveaux, les gens plus séniors, des experts de la scène internationale… On vise à faire grandir la culture cocktail et la mixologie tant chez les barmen que pour le grand public.

PY : Pour la première fois, l’édition 2016 d’Invasion Cocktail se déroulait aussi à Québec : comment ça s’est passé ?

Marilyne : On a senti beaucoup d’enthousiasme à Québec ! Il faut dire que c’est déjà là que se déroule Made With Love, et c’est l’événement le plus important au Canada en mixologie. On a travaillé avec les huit établissements les plus imprégnés de la culture cocktail à Québec, et on a eu beaucoup d’énergie, un réel désir de faire découvrir de nouveaux cocktails. On a aussi fait deux tournées en bus, où chaque itinéraire faisait visiter quatre établissements différents : les gens ont beaucoup aimé.

PY : Qu’est-ce qui t’attire le plus dans le milieu de la mixologie ?

Marilyne : Il y a 3 ou 4 ans, il se faisait beaucoup de choses au nouveau du vin, mais très peu en mixologie. C’est vrai qu’on peut déguster ou apprécier un vin, mais la mixologie laisse place à la créativité, à l’intuition culinaire. Il faut savoir marier les bonnes saveurs pour faire le bon cocktail, bien l’équilibrer : c’est un travail plus exigeant.

Il faut dire aussi que les gens de la communauté sont allumés, enthousiastes… c’est un milieu festif, très amusant à côtoyer !

PY : Comment perçois-tu la scène cocktail au Québec ? Est-ce que c’est une mode qui passe, ou c’est là pour rester ?

Marilyne : Les cocktails ne sont jamais « morts » : il y a seulement eu des phases, des cycles. On en buvait en 1930, en 1950, en 1980… et là, on revient aux cocktails.

Avec la nouvelle génération, il y a un nouveau « moment de consommation » : au lieu de prendre un verre de vin en apéritif, on prend un cocktail. De plus en plus, on boit les cocktails en mangeant, aussi.

De mon expérience et de ce que j’ai vu ailleurs, la culture cocktail au Québec est encore très jeune, pleine de potentiel. Le métier de barman n’est plus un « plan B », mais bien une profession en soi. Il reste encore beaucoup d’éducation à faire, mais heureusement, on voit de nouvelles écoles de mixologie ouvrir. La législation vient aussi imposer des limites — on ne peut pas infuser des alcools, par exemple — qui forcent à trouver d’autres pistes créatives.


PY : Comment les villes du Québec se comparent-elles aux autres grandes villes d’Amérique ? Est-ce qu’on est en retard sur les tendances ?

Marilyne : Oui, mais l’écart se resserre ! Il faut aussi se rappeler que les cocktails ont été inventés par des Américains, donc, il y a une culture cocktail plus importante là-bas.

Certaines tendances se dessinent sans être encore arrivées ici, comme les mini-cocktails ou les cocktails en bouteille, dans une flasque en verre. On voit aussi des cocktails à base de sherry ou à faible teneur en alcool. On n’est pas encore rendu là : on vient de passer l’étape du mojito, et maintenant, on veut découvrir d’autres choses.

C’est un peu ce qu’on fait avec Invasion Cocktail : on présente des créations hallucinantes que tu ne pourras peut-être pas refaire chez toi, mais qui vont t’inspirer à continuer d’explorer l’univers des cocktails.

PY : Qu’est-ce que t’aimes boire ou servir à tes amis ?

Marilyne : J’aime bien le Negroni, le Spritz… des cocktails simples, classiques, avec pas trop d’ingrédients.

PY : Quelles adresses nous recommandes -tu ?

Marilyne : À Québec, il y a Le Sam qui fait partie du Château Frontenac, avec une superbe carte cocktail et un super service. Le Batinse, juste en bas de la rue, a une belle équipe. Il y a aussi le Maelstrom.

À Montréal il y a des incontournables comme La Distillerie, L’Assommoir et le Barraca. Dans les nouveaux à découvrir, il y a Le Rouge-Gorge — un bar à vin qui développe bien son côté cocktails, avec un barman hallucinant et très connaisseur. Il aussi Le Falco qui vient d’ouvrir dans le Sud-Ouest et le Red Tiger, une brasserie vietnamienne dans le Village.

N’oublions pas des endroits comme le Huis Clos, le St-Édouard et Le Jockey, des bars de quartiers avec une culture cocktail depuis leurs débuts.

PY : Qu’est-ce que tu vois dans l’avenir, pour Invasion Cocktail ?

Marilyne : Mon objectif, c’est qu’Invasion continue à prendre de l’ampleur et devienne une référence en mixologie au Québec. On pourrait peut-être se développer ailleurs au Canada — il n’y a pas beaucoup d’événements en mixologie pour l’instant !

Suggestions

Sirop simple au miel

Sirop simple au miel

Une recette pour faire son propre sirop simple au goût de miel

Mojibeer

Mojibeer

Une recette de mojito à base de bière rousse et au rhum ambré !

Boire cup

Boire cup

Un bon cocktail à savourer en profitant du soleil d'après-midi.

​Mojito Rhum framboises et angostura

​Mojito Rhum framboises et angostura

Un incontournable pour les soirées chaude d'été !

BOUTIQUE

Boutique

Découvrez notre gamme exclusive de produits de qualité et d’instruments indispensables.

Musique

Les meilleurs accords cocktail-musique

Voir plus de playlists

Restez en contact avec Boire

Instagram

Partenaires
LCC Vins et spiritueux