Bouteille du mois : Amarula

Auteur : Équipe Boire

On entame 2017 avec un voyage outremer! Décollage annoncé pour l’Afrique du Sud. 

Depuis son intégration sur le marché en 1989, cette doucereuse liqueur aux parfums exotiques, pour plusieurs, devint la boisson alcoolisée la plus vendue d’Afrique du Sud. On compte aujourd’hui plus de 100 pays offrant la boisson. Liqueur surprenante, ses notes de noisettes et d’agrumes rappellent un xérès crémeux à la fin caramel. 


Appelé candidement « le fruit des rois », le secret dans la bouteille commence justement avec un ingrédient tout aussi mythique. Le fruit mis en valeur dans l’Amarula provient de l’arbre du même nom : Marula (ou Scelerocarya birrea pour les amateurs de latin du groupe). Seule la plante femelle peut porter le fruit, arborant entre 500kg et 2 tonnes d’entre eux. De la fin janvier à la mi-mars, la préparation de la liqueur bat son plein. Tout comme pour le vin, la cueillette se fait à la main. On sépare d’abord la chair du noyau, puis presse le jus prêt pour la fermentation.  Suite à la double distillation, le liquide se la coulera douce 2 ans en barrique de chêne.

À la mi-février, alors que plusieurs baignent dans le chocolat au Québec, le fruit à peau jaune et à la chair blanche atteint l’apogée de sa production, au grand plaisir des animaux sauvages partageant la savane boisée. Ces fruits charnus à la peau légèrement âpre ont un goût se rapprochant du litchi, de la pomme et parfois même de l’ananas. Gorgés de sucre, les éléphants en sont particulièrement friand. La croyance voulant que ceux-ci attendent la fermentation dudit fruit semble pure légende. Ils sont plutôt reconnus pour cueillir les fruits à même l’arbre, se gavant d’écorce et de branches au passage. Si bien qu’ils en tombent très rarement au sol. Quoique le mythe de l’éléphant entamé par la fermentation du fruit de Marula persiste, on peut tout de même souligné le peu de gaspillage qui en résulte! Une démonstration qui « respecte le produit », comme on l’entend sans relâche chez les grands chefs de chez-nous. 



La légende ne s’arrête pas ici pour autant.

Si la légende veut que les pachydermes s’en donnent à cœur joie avec les fruits fermentés, expliquant leur image façonnant la bouteille, leur présence ne s’arrête tout de même pas au logo. Plutôt que de s'approprier la symbolique locale, Amarula s’assure de la durabilité de son commerce. Encourageant les communautés impliquées, on estime que près de 60 000 personnes bénéficient de la collecte et de l’entretient des plantes. Depuis 2010, la distillerie travaille étroitement avec ceux-ci pour diversifier le commerce du Marula et supporter leurs activités économiques tout au long de l’année. De l’extraction de l’huile du noyau à la facilitation de service de garderie, la compagnie s’implique dans la saine collaboration avec les locaux. Après tout, boire éthiquement et encourager l’expertise locale, c’est aussi ça bien boire!

Plus légère que les autres crèmes, le deuxième service se commande aisément. On la boit froide sur glace, légèrement chaud en breuvage près du feu ou en cocktail, bien évidemment! D’ailleurs, ne croyez pas rester en reste après votre lecture, voici deux recettes à essayer sans retenue!

Chocolat Perse



L'amarula Colada : 

Amarula Colada


Suggestions

SBTG (sangria by the glass)

SBTG (sangria by the glass)

Une jolie sangria à faire directement dans le verre : simple et délicieuse!

Shuck pétillant

Shuck pétillant

Ces flutes contiennent le meilleur des Fêtes (et de toutes autres occasions festives)!

Ready to Bramble

Ready to Bramble

Recette signée Max Coubès pour le festival Caribü !

Mai Tai

Mai Tai

La recette simplifiée pour réaliser le classique cocktail Mai Tai

BOUTIQUE

Boutique

Découvrez notre gamme exclusive de produits de qualité et d’instruments indispensables.

Musique

Les meilleurs accords cocktail-musique

Voir plus de playlists

Restez en contact avec Boire

Instagram

Partenaires
LCC Vins et spiritueux